Créer son site médical en toute indépendance : les Médecins Maîtres-toile vous donnent rendez-vous le 29 novembre 2014 !

Independance

Vous êtes médecin et souhaitez créer votre propre site internet médical, vous aimeriez que des confrères vous expliquent simplement comment procéder…Les Médecins Maîtres-toile vous feront partager leurs connaissances sur ce thème : samedi 29 novembre 2014 de 13H30 à 17H au cours d’une réunion entre pairs qui se déroulera à Paris dans le 14ème arrondissement.

 

Cette  journée animée exclusivement par des membres de l’association des Médecins Maîtres-toile, tous administrateurs de site web sera organisée sous forme d’ateliers très pratiques. Elle sera également l’occasion d’échanger sur l’utilisation d’internet en médecine.

Nous choisissons cette année de présenter comment créér et administrer un site grâce à WordPress  en décrivant précisément toutes les étapes :

Site web en construction

-acheter un nom de domaine pour le site et un hébergement,

- choisir et utiliser un logiciel FTP (logiciel permettant le transfert de fichiers sur un serveur)  pour installer WordPress sur l’hébergement : présentation des logiciels disponibles (Filezilla, Cyberduck), comment les utiliser, etc

-Installer WordPress sur l’hébergement, installer quelques extensions, sauvegarder son site, etc

-administrer le site développé avec WordPress, 
publier des articles et assurer leur diffusion sur les réseaux sociaux , Twitter, Facebook, Pinterest, etc

Aucune connaissance particulière n’est requise pour participer à cette journée : il suffit de savoir utiliser internet et d’ apporter un ordinateur portable ( PC, Mac).

La date est fixée au samedi 29 novembre 2014 de 13H30 à 17H, à Paris, dans le 14ème arrondissement.
Le montant de la participation à cette journée est fixée à 80 €. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant via notre formulaire de contact. L’inscription sera validée à la réception du règlement Via Payal : utiliser le bouton Paypal « faire un don » en marge droite sur le site des MMT.

Vous pouvez aussi faire un virement bancaire en utilisant ces coordonnées:
-IBAN: FR76 1720 6002 6163 0457 1003 017
-BIC: AGRIFRPP872
Il s’agit du Crédit Agricole Alsace Vosges domicilié Quai Jules Ferry à Epinal (Vosges)

Le nombre de confrères sera limité à une trentaine afin que cette journée soit très pratique et interactive.

Vous pouvez lire également les articles suivants :

 

 

Les révolutions biotechnologiques vont complètement bouleverser la médecine !

Le Dr Laurent Alexandre explique que les 4 révolutions biotechnologiques NBIC vont engendrer un véritable géno-tsunami…Ces 4 révolutions NBIC correspondent aux Nanotechnologies, à la Biologie, l’Informatique et les sciences Cognitives ( intelligence artificielle et sciences du cerveau ). Chacune de ces biotechnologies avance à une vitesse fulgurante mais de plus ces biotechnologies convergent entre elles : c’est à dire que les découvertes dans un domaine servent aux recherches dans un autre. Cette synergie décuple la puissance de la recherche. Ces révolutions vont nous conduire vers une humanité 2.0. Ces nanotechnologies vont nous permettre de construire mais aussi réparer, molécule par molécule, tout ce que l’on peut imaginer et notamment des organes vivants, des tissus…Selon Hervé Kempf, nous entrons dans une nouvelle ère pour l’humanité  : le biolithique ( par analogie avec le paléolithique et le néolithique). La révolution NBIC va commencer dans le monde de la médecine car nous souhaitons tous retarder le vieillissement et la mort…La maladie d’Alzheimer et les autres démences séniles nous effraient, la technomédecine sera sans doute la seule solution. La technomédecine prendra vraiment son essor dans les années 2020, quand la lecture et l’analyse de l’ADN, que l’on désigne par le terme de séquençage sera vraiment démocratisé, et que la « chirurgie des gênes » sera opérationnelle. Connaître les faiblesses génétiques d’un individu va conduire à une médecine personnalisée, la chirurgie de des gênes, etc

 

Génomique
Thérapie génique
Cellules souches
Nano-médecine réparatrice
Les 4 composantes de la révolution NBIC se fertilisent mutuellement

 Ces informations sont extraites du livre passionnant de notre confrère Laurent Alexandre « La mort de la mort ».

Conférence donné par Laurent Alexandre en 2012

Génomique

L‘ADN, acide désoxyribonucléique, contient les informations héréditaires chez tous les êtres vivants ( animaux, végétaux). Chacun de nous a un patrimoine génétique qui lui est propre  : le père et la mère transmettent chacun la moitié de leur patrimoine génétique à leur enfant.
L’ADN est présent dans toutes les cellules, sauf les globules rouges. L’ADN est dupliqué ( recopié) presqu’à l’identique à chaque division cellulaire depuis le tout début de la vie embryonnaire.
C’est Craig Venter qui a réussi le premier séquençage intégral de l’ADN en 2003 (la lecture des milliards d’information contenues dans le patrimoine génétique d’un individu), grâce à  la technique du « shotgun  » parce qu’il a compris que la génétique était d’abord de l’informatique. Après avoir lu l’ADN humain, il souhaite maintenant écrire le génome…
Le coût du séquençage de l’ADN s’est effondré  ( compte tenu des performances des ordinateurs qui ne cessent de progresser) et selon les spécialistes son coût va continuer à diminuer de 50% tous les 5 mois. La baisse des coûts va entraîner une explosion de la demande. Le séquençage de l’ADN d’une personne coûte 1 000 dollars actuellement. En savoir plus »

31 mai 2014
Jean Gabriel Jeannot

Patients sur Internet, le rôle des Médecins 2.0

C’est une réalité, les patients surfent sur Internet à la recherche d’informations santé

Que ce soit en France, en Suisse ou ailleurs, les chiffres de la Banque mondiale sont clairs, plus de 80% de la population surfent sur Internet. Et souvent pour des questions santé: l’étude A la recherche du ePatient 1, réalisée en France en 2013, montre que l’utilisation d’Internet pour des questions santé est fréquente, 57% des internautes l’utilisent pour des questions médicales.

Cette étude montre que  « les informations trouvées sur le net permettent de mieux prendre en charge sa santé ou celle de ses proches pour 61% des utilisateurs. Elles rendent la relation médecin-patient plus positive, grâce à des échanges plus riches (58%) et renforcent la confiance dans les médecins consultés pour un internaute santé sur deux ».

Lors des recherches d’information avant une consultation (19% des internautes santé), celles-ci sont essentiellement réalisées pour mieux comprendre ce que le médecin va dire (63%), pour pouvoir discuter avec lui du traitement (53%) ou pour poser de meilleures questions (42%). Les recherches réalisées après une consultation (34% des internautes santé) sont destinées à chercher des informations complémentaires sur la maladie (72%) ou sur les médicaments et les traitements (44%).

 

Les médecins ont un rôle à jouer

Comme nous l’écrivions dans Médecine 2.0 : Internet, le médecin et son patient2, les médecins ne doivent pas voir l’utilisation d’Internet par les patients comme une menace, mais plutôt comme une opportunité. Le temps disponible à la consultation étant limité, la recherche d’informations par le patient lui-même est essentielle, en particulier pour les maladies chroniques.

De plus, entre 40% et 80% de l’information délivrée par le personnel médical est immédiatement oubliée par les patients, et près de la moitié de l’information retenue est incorrecte3. Les raisons principales sont :

1. La terminologie médicale employée.

2. Le mode de délivrance de l’information (oral et non écrit).

3. Le niveau d’éducation des patients ou leurs attentes spécifiques.

La conséquence de cet état de fait est que de l’information cruciale est instantanément perdue au moment du transfert clinicien-patient, ce qui a des conséquences lourdes sur la capacité du patient à prendre en charge sa santé.

Non seulement les patients veulent être informés, mais ils veulent également que leur médecin leur recommande les meilleures sources d’information4. En savoir plus »

13 avril 2014
Médecins Maîtres-toile

Paris sera la capitale de la santé digitale les 5 et 6 juin 2014  : les MMT seront au rendez-vous !

Doctors 2.0 and You est un congrès qui a pour seul objectif d‘améliorer la santé de tous : il réunira les 5 et 6 juin 2014, pour la quatrième années consécutive, des experts mondiaux de la santé digitale. Le programme est très attractif : réseaux sociaux, communautés en ligne, serious game et simulation, applications mobiles, quantified Self ( technologies numériques pour mesurer ses données personnelles, les analyser et les partager) , wearables ( technologies portables, par exemple les Google glasses), etc

Des experts français mais également du monde entier interviendront à cet événement devenu » le congrès international incontournable de la santé digitale en Europe ».

Doctors 2.0 juin  2014

En savoir plus »

30 mars 2014
Jean Gabriel Jeannot

Médecin + Patient = 3

 

S’informer, partager (pour des soins de qualité).

 Sur Twitter #9Conseils

Tout citoyen, tout patient doit pouvoir accéder à des informations médicales de qualité. Pour lui permettre de trouver les réponses aux questions « santé » qu’il se pose. En augmentant les connaissances du patient, on est en droit d’espérer une meilleure qualité des soins et par là, une amélioration de la qualité de vie de chaque patient.

L’accès à la connaissance médicale doit permettre à tout un chacun :

De mieux prendre en charge sa santé (que l’on soit en bonne santé ou malade).

Pour les malades, d’enrichir la relation soignant – soigné afin d’améliorer la prise de décision partagée.

Pour les patients, de favoriser les échanges avec les pairs, afin de pouvoir partager son vécu avec d’autres personnes atteintes de la même maladie.

 Au vu de son immense richesse, Internet est la source d’information qui me paraît la plus utile. Face aux patients qui cherchent des informations santé sur Internet, il y a deux options: 1. Ne rien faire (et les laisser se débrouiller). 2. Les conseiller. D’où ces trois questions:

Laisser les internautes / patients se débrouiller ou les conseiller ?

Si « Conseils aux patients », que leur dire ? 

Les professionnels de la santé, les médecins en particulier, ont-ils un rôle à jouer?

 

Pour lancer le débat, nous vous proposons ci-dessous « 9 conseils ». L’idée est, grâce à vos remarques et propositions, que ces « conseils » évoluent. A vos souris… En savoir plus »

De la réputation à la e-réputation du médecin …

e-reputationLa réputation d’un médecin se faisait autrefois à l’échelle de la ville ou de l’hôpital où il exerçait. Sa réputation était fondée sur l’avis que ses patients et son entourage avaient de lui. Une réputation mettait des années à se construire et ne pouvait que s’émousser avec les avis négatifs ou parfois s’effondrer à l’occasion d’une sale affaire.

La littérature de gare (Slaughter, Soubiran, etc.) est pleine de ces médecins détruits par un scandale alors que leur réputation était au plus haut. En France le Code de Déontologie a prévu plusieurs articles pour gérer la question de la confraternité.

Puis est venu la médiatisation à partir des années 60. L’information a quitté le strict Landernau pour se répandre sur la place publique. Des médecins médiatiques (Barnard, Cabrol, etc.) ont envahi les ondes et la presse. Leur réputation s’est élargie, basée non plus sur leurs seules qualités médicales mais sur les règles du show biz. En savoir plus »

Quelles applications mobiles utilisez-vous en médecine générale ?

smartphone-tabletteNotre confrère, Juan Suarez Valencia, Médecin Maître-toile, qui pilote le projet TOOLS ET DOCS, animera  au prochain congrès de Médecine générale France  un atelier « Applications mobiles en médecine générale« 

Pour enrichir cette présentation, merci de nous faire part des applications mobiles que vous utilisez, via ce formulaire.

Les MMT vous remercient pour votre collaboration. En savoir plus »

Pages :12345»
Partager Facebook Twitter Flux RSS

RSS Informations de médecine générale

  • Comment retirer une bague avec un fil
    Passer un bout de la ficelle sous la bague, puis enrouler celle ci en saucissonnant le doigt vers l’extrémité de celui ci, puis tirer sur le bout initial et la bague devrait partir en glissant sur cette spirale ainsi créée.

RSS Santé au travail

RSS Opinions médicales

Soutenir la mission de l'association :
promouvoir l'usage des NTIC au service des patients, de la médecine et de la santé.



Médecins Maitres-Toile